Aperçu du marché : Augmentation de la part de la production mondiale de pétrole des principaux pays producteurs

Date de diffusion : 2017-07-26

La production mondiale de pétrole n’a pas cessé d’augmenter depuis 2000, passant de 75,8 millions de barils par jour (Mb/j) au tournant du siècle à 94,6 Mb/j en 2016. Bien que, de 2000 à 2009, la production de pétrole ait enregistré une hausse de près de 8 Mb/j, la part des dix principaux pays producteurs s’est maintenue autour de 62 %. De 2009 à 2016, par contre, période durant laquelle la production s’est accrue d’un total de 11 Mb/j, la part du « Top 10 » est passée de 61 % à 69 %. Cette hausse s’explique principalement par une augmentation de la production d’une poignée de pays, en l’occurrence les États-Unis, le Canada, l’Iraq et l’Arabie saoudite, une situation différente durant cette période (2009-2016) par rapport à la précédente (2000-2009), au cours de laquelle l’accroissement de production était distribué dans un plus grand nombre de pays.

Source et description

Source : EIA – Crude Oil, NGPL, and Other Liquids [anglais seulement]

Description : Ce graphique linéaire présente l’évolution de la production mondiale totale de pétrole et de la part de celle-ci des dix principaux pays producteurs, de 2000 à 2016. La production mondiale n’a pas cessé d’augmenter de 2002 à 2005, se stabilisant à ce moment à quelque 83 millions de barils par jour (Mb/j). À partir de 2009, elle s’est remise à monter graduellement pour se situer à 94,6 Mb/j en 2016. De 2000 à 2009, les dix principaux pays producteurs ont contribué à la production mondiale à la hauteur de 62 % en moyenne. Après avoir atteint son plus bas niveau à 61 % en 2009, leur part s’est constamment accrue depuis pour s’élever à 69 % en 2016.

La part du lion de cette augmentation revient aux États-Unis. À partir de la fin de 2008, l’exploitation du pétrole de réservoirs étanches de formations rocheuses jusque-là improductives a été rendue possible grâce à des avancées techniques dans les domaines de la fracturation hydraulique et du forage horizontal. Ces percées ont fait « exploser » la production américaine de 68 % (5,6 Mb/j) de 2009 à 2016. Cet essor s’est aussi reflété sur la part des États-Unis de la production mondiale de pétrole durant la même période, qui est passée de 9,8 % à 14,5 %. À elle seule, cette progression représentait plus de la moitié de la croissance de la production du Top 10.

Source et description

Source : EIA – Crude Oil, NGPL, and Other Liquids [anglais seulement]

Description : Les deux graphiques en secteurs de secteur présentent le pourcentage de la production de pétrole venant des dix principaux pays producteurs, ainsi que la part de chaque membre du Top 10, en 2009 et 2016. En 2009, le Top 10 a compté pour 60,8 % de la production mondiale de pétrole. Voici la liste de ces dix pays et leur part respective : Arabie saoudite (12,3 %), Russie (12,0 %), États-Unis (9,8 %), Iran (5,0 %), Chine (4,8 %), Canada (3,9 %), Émirats arabes unis (3,3 %), Brésil (3,0 %), Mexique (3,5 %) et Venezuela (3,2 %). En 2016, 68,8% de la production mondiale de pétrole provenaient du Top 10. Voici la liste de ces dix pays et leur part respective : Arabie saoudite (13,1 %), Russie (11,9 %), États-Unis (14,5 %), Iran (4,5 %), Chine (4,8 %), Canada (4,8 %), Émirats arabes unis (4,0 %), Brésil (3,3 %), Iraq (4,7 %) et Koweït (3,2 %).

Durant cette même période de sept ans, la production canadienne s’est accrue de plus de 1,2 Mb/j pour atteindre 4,8 % de la production mondiale, en hausse par rapport à 3,9 % auparavant. Cette croissance s’explique en grande partie par l’utilisation plus intensive de la technique dite de drainage par gravité au moyen de vapeur (DGMV), qui a donné accès à des réserves de sables bitumineux situées à des profondeurs trop grandes pour permettre l’extraction à ciel ouvert traditionnelle. De 2010 à 2016, la production par DGMV a presque doublé (615 000 b/j), tandis que celle issue de l’exploitation minière classique n’a augmenté que de 34 % (295 000 b/j). Cette hausse est aussi attribuable aux mêmes percées technologiques qui ont fait monter en flèche la production du pétrole de réservoirs étanches aux États Unis. À preuve, la production de pétrole de réservoirs étanches au Canada a quintuplé (280 000 b/j) de 2009 à 2015, avant de reculer légèrement en 2016.

L’Iraq et l’Arabie saoudite ont aussi accru considérablement leur part de la production mondiale de 2009 à 2016. Dans les deux cas, cette augmentation a totalisé plus de 2 Mb/j, portant la part de l’Iraq de la production mondiale de 2,9 % à 4,7 % et celle de l’Arabie saoudite, de 12,3 % à 13,1 %. Il est à noter que le Mexique et le Venezuela ont été écartés du Top 10 durant cette période et ce sont l’Iraq et le Koweït qui s’y sont glissés.

 

Date de modification :