Programme d’information sur l’énergie – Glossaire

Pour connaître la définition d’autres termes reliés aux droits et tarifs des pipelines, voir Droits et tarifs pipeliniers : Recueil de termes.

Actif délaissé

Élément d’actif qui n’est pas complètement amorti, mais qui n’est plus utile et pour lequel le propriétaire réglementé ne peut plus recouvrer ses dépenses en immobilisations.

Amortissement

Radiation graduelle d’un élément d’actif ou d’une dette au cours d’une période déterminée.

Appel de soumissions

Processus par lequel une société pipelinière offre une capacité existante ou nouvelle et reçoit des soumissions des intervenants sur le marché.

Base tarifaire

Montant de l’investissement (par exemple, dans un réseau pipelinier) sur lequel la société pipelinière est autorisée à obtenir un rendement; il comprend habituellement la valeur nette des installations en service et une provision pour le fonds de roulement.

Bassin atlantique

Pays situés en bordure ou à l’intérieur de l’océan Atlantique ou des eaux connexes.

Bassin du Pacifique

Pays situés en bordure ou à l’intérieur de l’océan Pacifique ou des eaux connexes.

Bassin sédimentaire de l’Ouest canadien (BSOC)

Le bassin sédimentaire de l’Ouest canadien est un ancien bassin sédimentaire d’une superficie de 1,4 million de kilomètres carrés couvrant la partie sud-ouest du Manitoba, la partie sud de la Saskatchewan, la presque totalité de l’Alberta, les parties est et nord-est de la Colombie-Britannique et la partie sud du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest. Il s’agit de la principale région productrice de pétrole et de gaz au Canada.

Batterie

En électricité, une batterie consiste en une réunion d’éléments dans lesquels l’énergie chimique est convertie en électricité et utilisée comme source de courant. Dans l’industrie pétrolière et gazière, une batterie est un ensemble de réservoirs ou d’équipements de surface servant à recevoir le gaz naturel ou le pétrole extrait des puits avant de le livrer aux pipelines en aval ou de l’utiliser. Une batterie peut inclure le matériel servant à séparer, mesurer ou stocker le pétrole, le gaz et l’eau.

Besoins en revenus

Revenus requis par une société pipelinière pour couvrir le coût de prestation d’un service, incluant les frais d’exploitation et d’entretien, la dépréciation, l’amortissement financier, l’impôt et le rendement de la base tarifaire (voir Coût du service).

Biens patrimoniaux

Équipements et installations de production (ou de transport) construits il y a longtemps et dont les coûts ont été amortis en grande partie.

Biodiesel

Substitut de carburant diesel fabriqué à partir d’huiles végétales et de graisses animales ou d’huile à friture recyclée.

Bioénergie

Énergie, habituellement sous forme de chaleur ou d’électricité, issue de la conversion de biomasse lorsque celle-ci peut être utilisée directement comme combustible, ou transformée en liquides et en gaz.

Biogaz

Émissions gazeuses résultant de la dégradation de matières organiques (de plantes ou d’animaux) en l’absence d’oxygène, produite par un consortium de bactéries. Elles se composent principalement de méthane.

Biomasse

Matières organiques, telles que le bois, les résidus de récolte, les ordures ménagères, les déchets de bois ou la liqueur de cuisson, transformées à des fins énergétiques.

Bitume naturel

Forme de pétrole brut épais, adhésif, lourd et visqueux qui ne s’écoule pas à moins d’avoir été chauffé ou dilué avec des hydrocarbures plus légers. Le bitume ressemble à de la mélasse à la température ambiante.

Brent

Prix de référence du pétrole brut à l’échelle mondiale. Il s’agit d’un pétrole léger non corrosif extrait dans la mer du Nord.

Brut Edmonton Par

Mélange léger non corrosif de pétrole brut produit de façon classique dans l’Ouest canadien. Le prix est habituellement établi à Edmonton, en Alberta; on parle aussi de mélange non corrosif mixte (voir Mélange non corrosif mixte).

Canalisation latérale

Pipeline raccordé à une canalisation principale, faisant généralement partie d’un réseau de collecte ou de distribution (voir Canalisation principale).

Canalisation principale

Conduite de transport principale d’un réseau pipelinier (voir Canalisation latérale).

Capacité (électricité)

Quantité maximale de puissance que peut produire, utiliser ou transférer un appareil, habituellement exprimée en mégawatts.

Capacité (pipelines)

Quantité maximale d’hydrocarbures que peut transporter un pipeline au cours d’une période donnée. Pour un gazoduc, la capacité quotidienne varie selon la température ambiante. Pour un oléoduc, la capacité quotidienne varie selon le type précis de pétrole transporté.

Capitaux propres

La somme totale investie dans une entreprise par les bailleurs de fonds (capitaux empruntés) et par les propriétaires (capital social).

Capture et stockage de carbone (CSC)

Processus visant à capturer et à stocker le CO2 pour éviter qu’il soit rejeté dans l’atmosphère, et à réduire ainsi les émissions de gaz à effet de serre. Le CO2 est comprimé de façon à pouvoir être transporté par pipeline ou navire-citerne en vue d’être stocké dans des milieux comme les formations géologiques profondes.

Carrefour Henry (prix)

Point où sont établis les prix à terme du gaz naturel transigé à la bourse de commerce de New York. Le carrefour Henry est situé en Louisiane, à l’intersection de nombreux gazoducs.

Cessation d’exploitation

Cesser d’exploiter un pipeline de façon permanente.

Chaleur perdue

Énergie perdue pendant le fonctionnement d’une partie d’équipement ou de machinerie. Il existe divers processus, tels que la cogénération et la production combinée de chaleur et d’électricité pour capturer et réutiliser la chaleur perdue.

Charbon bitumineux

Charbon dense servant principalement de combustible dans les centrales électriques alimentées à la vapeur, bien que des quantités importantes soient utilisées aussi pour le chauffage et l’électricité dans le secteur manufacturier et pour la production de coke. Son contenu calorifique est plus élevé que celui du lignite (houille brune) ou du charbon sub-bitumineux.

Charbon métallurgique

Anthracite ou charbon bitumineux de haute qualité principalement utilisé dans l’industrie sidérurgique en raison de sa forte teneur calorifique.

Charbon thermique

Lignite, charbon sub-bitumineux ou charbon bitumineux de qualité inférieure principalement utilisé pour la production d’électricité ou pour le chauffage.

Charge d’alimentation

Gaz naturel ou autres hydrocarbures utilisés pour obtenir d’autres produits, notamment les produits pétrochimiques (p.ex., l’éthane est la charge d’alimentation dans la production de l’éthylène).

Cibles réglementaires ou normes relatives au portefeuille d’énergie renouvelable

Régime adopté par différentes administrations canadiennes, prévoyant qu’un certain pourcentage d’électricité devrait être produit à partir de sources renouvelables à compter d’une certaine date.

Cogénération

Production d’électricité et d’une autre forme d’énergie thermique utile, comme la chaleur ou la vapeur, à partir d’une même source d’énergie. La chaleur engendrée par le procédé industriel peut servir à alimenter un générateur électrique ou à des fins industrielles.

Coke

Matière solide riche en carbone obtenue lorsque le pétrole brut lourd (y compris le bitume) est chauffé à hautes températures pour le décomposer en huiles plus légères et en liquides de gaz naturel. Cette matière solide riche en carbone peut également être produite quand le charbon est chauffé à hautes températures dans un four à vide pour faire échapper l’eau, le gaz et le goudron de houille qui se trouvent à l’intérieur. Le coke est en grande partie brûlé dans des hauts fourneaux pendant la fusion de l’acier.

Cokéfaction

Procédé de craquage thermique sévère du pétrole brut lourd (y compris le bitume) par lequel on obtient des huiles plus légères et des liquides de gaz naturel de même qu’un sous-produit solide et riche en carbone appelé coke. De plus, lorsque le charbon est cuit dans un four à vide à hautes températures pour faire échapper l’eau, le gaz et le goudron de houille qui se trouvent à l’intérieur, il en résulte un sous-produit solide et riche en carbone appelé coke.

Colonne de fractionnement

Installation de traitement qui sépare les liquides de gaz naturel en leurs diverses composantes, ou fractions (par exemple, l’éthane, le propane, les butanes et les pentanes plus).

Combustible fossile

Source de combustible à base d’hydrocarbures comme le charbon, le gaz naturel, les liquides de gaz naturel et le pétrole brut extraits de formations géologiques.

Condensat 

Mélange d’hydrocarbures (principalement des pentanes et des hydrocarbures plus lourds) produit dans une usine de traitement du gaz naturel ou extrait du pétrole brut dans une raffinerie. Ces hydrocarbures sont aussi appelés pentanes et homologues supérieurs, ou pentanes plus.

Consommation d’énergie secondaire

Énergie utilisée par le consommateur final à des fins résidentielles, agricoles, commerciales et industrielles, et pour le transport. Cela exclut l’énergie utilisée pour produire de l’électricité, qui fait partie de la demande primaire (voir Demande d’énergie primaire).

Contenu calorifique (gaz naturel)

Quantité d’énergie par volume du flux de gaz naturel. Le gaz naturel produit à partir des puits de pétrole ou de gaz est principalement composé de méthane, mais il peut aussi renfermer des liquides (LGN) comme de l’éthane, du propane et du butane. Vu que, pour un même volume, les LGN produisent davantage de chaleur que le méthane lorsqu’ils brûlent, les gaz « riches » en liquides ont un pouvoir calorifique plus grand que les gaz « pauvres ».

Coût d’approvisionnement

Le coût estimatif de production d’une unité d’énergie pendant la durée de vie économique d’un projet. Il inclut les coûts en capital liés à l’exploration, à la mise en valeur et à la production, les frais d’exploitation, les impôts, les redevances et un taux de rendement au producteur.

Coût du service

Coût total de prestation d’un service, comprenant les frais d’exploitation et d’entretien, la dépréciation, l’amortissement financier, l’impôt et le rendement de la base tarifaire. Le coût de service des pipelines correspond approximativement aux besoins en revenus (voir Besoins en revenus).

Débâcle printanière

Les activités de forage dans l’Ouest canadien diminuent de façon marquée au printemps lorsque le sol dégèle et que les champs de pétrole et de gaz deviennent difficilement accessibles en raison de l’interdiction de circuler imposée par les provinces.

Débit

Quantité de produit transportée par pipeline.

Dégagement gazeux des sables bitumineux

Mélange d’hydrogène et de gaz d’hydrocarbures légers produit par la valorisation du bitume en pétrole brut synthétique.

Degré-jour de chauffage (DJC)

Indice qui représente la demande de chauffage pour les domiciles, les entreprises, etc. L’indice de degrés-jours de chauffage, ou de DJC, correspond au nombre de jours dans une année pour lesquels la température moyenne est inférieure à la température de base. Environnement Canada utilise 18 degrés Celsius; d’autres utilisent 15 ou 15,4 degrés Celsius comme point de référence. Aux États-Unis, la température de base est souvent 60 ou 65 degrés Fahrenheit (16 ou 18 degrés Celsius respectivement).

Degré-jour de réfrigération (DJR)

Indice qui représente la demande de refroidissement pour les domiciles, les entreprises, etc. L’indice de degrés-jours de réfrigération, ou de DJR, correspond au nombre de jours dans une année pour lesquels la température moyenne est supérieure à la température de base. Environnement Canada utilise 18 degrés Celsius; d’autres utilisent 15 ou 15,4 degrés Celsius comme point de référence. Aux États-Unis, la température de base est souvent 60 ou 65 degrés Fahrenheit (16 ou 18 degrés Celsius respectivement).

Demande d’énergie primaire

Énergie totale utilisée au Canada, y compris celle qui sert à produire de l’électricité.

Demande de pointe

Charge maximale consommée au cours d’une période précise.

Demande de propositions

Processus servant à solliciter des propositions pour des projets. Pour les projets d’énergie renouvelable, les demandes de propositions sont souvent à la hauteur des objectifs de capacité précisés. Les demandes de propositions peuvent stipuler des exigences strictes que le promoteur doit respecter.

Densité API

Échelle établie par l’American Petroleum Institute (API) et adoptée pour mesurer la densité des produits pétroliers liquides. Cette échelle mesure la lourdeur ou la légèreté d’un liquide pétrolier par rapport à l’eau : si la densité API est supérieure à 10 degrés, le liquide est plus léger que l’eau et il flotte; si la densité est inférieure à 10 degrés, il est plus lourd que l’eau et il coule. Moins la densité API est élevée, plus le bitume est lourd et visqueux. La plupart des pétroles bruts ont une densité inférieure à 45 degrés.

Dépréciation

Frais hors caisse imputés au bénéfice net, permettant au propriétaire d’un élément d’actif d’en recouvrer le coût pendant la durée de vie utile estimative.

Diluant

Hydrocarbure léger (habituellement des pentanes plus) mélangé au pétrole brut lourd ou au bitume pour en augmenter la viscosité et en faciliter le transport par pipeline ou par rail.

Diode électroluminescente (DEL)

Dispositif émettant une lumière lorsqu’il est traversé par un courant électrique, utilisé dans les affichages électroniques, l’éclairage intérieur et extérieur, etc. Les DEL transforment la majeure partie de l’énergie qu’ils utilisent en lumière visible plutôt qu’en chaleur. Pour cette raison, les DEL réduisent la consommation d’électricité de 85 % comparativement aux lumières incandescentes, et de 40 % comparativement aux lampes fluorescentes.

Distance à parcourir

Distance sur laquelle un produit doit être transporté.

Dollar indexé ou constant

Le pouvoir d’achat du dollar change au fil du temps à cause de l’inflation. Pour comparer la valeur du dollar au cours d’une année à celle d’une autre année, les dollars courants (aussi appelés historiques ou non indexés) sont convertis en dollars constants (ou indexés). Pour ce faire, les dollars courants sont divisés par un indice de prix qui mesure les changements survenus dans les prix des produits et services au fil du temps. L’effet de l’inflation est ainsi éliminé quand on compare les données.

Drainage par gravité au moyen de vapeur

Utilisation de paires de puits horizontaux pour extraire le bitume des sables bitumineux. De la vapeur est injectée dans le puits supérieur pour chauffer le bitume, qui est ensuite drainé par gravité dans le puits inférieur et pompé jusqu’à la surface.

Droit

Prix exigé par une société pipelinière pour le transport et d’autres services.

Droit calculé à part

Droit payé uniquement par les expéditeurs qui utilisent des installations ou éléments d’actif précis que l’on peut distinguer physiquement des installations existantes. Ce droit est fondé sur des besoins en revenus distincts de ceux qui sont calculés pour le reste du réseau (voir Droit supplémentaire et Droit intégral).

Droit fixe

Droit qui ne varie pas en fonction des changements dans le flux de production ou les dépenses. Les droits fixes sont habituellement basés sur les coûts et le flux de production prévus pour une année d’essai (voir Droit variant de pair avec le coût du service).

Droit intégral

Droit établi à l’aide d’une méthode de conception prévoyant l’ajout du coût en capital et des frais d’exploitation de nouvelles installations à ceux d’installations existantes, c’est-à-dire qu’il y a un seul groupe de coûts pour toutes les installations. Les droits sont conçus pour recouvrer ce qu’il en coûte annuellement pour fournir le service. Tous les expéditeurs qui reçoivent le même service paient le même droit. Les droits varient seulement en fonction de facteurs comme les volumes et la distance.

Droit supplémentaire

Droit résultant d’une méthode de conception attribuant le coût en capital et les frais d’exploitation de nouvelles installations à un groupe de coûts distinct de celui des installations existantes. Les droits sont conçus de telle sorte que les expéditeurs existants paient selon le coût du service associé aux installations existantes, alors que les nouveaux expéditeurs paient en fonction du coût du service relié aux nouvelles installations.

Droit variant de pair avec le coût du service

Droit qui varie chaque mois en fonction des coûts réels et du flux de production. Les règles prescrites par l’organisme de réglementation précisent les coûts recouvrables, les principes comptables à suivre pour déterminer les coûts, le taux de rendement permis sur l’investissement dans la base tarifaire, les taux d’amortissement et d’autres paramètres (voir Droit fixe).

Écart du fractionnement

Prix des liquides de gaz naturel (LGN) dont on soustrait le prix du gaz naturel établi en fonction d’un équivalent énergétique. Cela indique le profit potentiel qu’obtiennent les installations de traitement du gaz pour retirer les LGN du flux gazeux.

Écart de prix entre le WTI et le WCS

Différence entre le prix du pétrole brut léger non corrosif, fixé au carrefour de Cushing, en Oklahoma (WTI), et celui des mélanges lourds, établi à Hardisty, en Alberta (WCS). L’écart reflète la différence de qualité entre le pétrole lourd corrosif WCS et le pétrole léger WTI, et tient compte des frais de transport. L’écart de prix entre le WTI et le WCS peut varier pour plusieurs raisons, notamment des changements relatifs dans la demande de brut lourd des raffineries ou une variation des coûts de transport entre ces deux marchés.

Efficacité énergétique

Techniques et mesures qui réduisent la quantité d’énergie ou de carburant nécessaire pour accomplir une tâche précise.

Énergie de la mer

Toute forme d’énergie tirée de la mer, incluant l’énergie marémotrice ou houlomotrice, l’énergie des courants océaniques ou des gradients de salinité et l’océanothermie.

Énergie éolienne

Énergie produite à partir de turbines éoliennes lorsque le vent actionne les turbines en faisant tourner l’hélice ou les pales, entraînant ainsi l’arbre qui est relié au générateur éolien. Les éoliennes à axe horizontal sont le type de turbine le plus courant.

Énergie géothermique

Utilisation de la chaleur géothermique du noyau fluide de la Terre pour produire de l’électricité. Décrit aussi les méthodes utilisant le sol comme source de chaleur et de refroidissement (géothermie ou pompe géothermique).

Énergie marémotrice

Sous-ensemble de l’énergie de la mer – Actuellement, partout dans le monde, les activités et discussions liées à l’énergie de la mer portent surtout sur les aménagements pouvant permettre de profiter de la puissance marémotrice ou houlomotrice et des courants de marée.

Énergie solaire

Énergie produite par des capteurs (actifs et passifs) de chaleur solaire et par des systèmes photovoltaïques.

Énergie solaire photovoltaïque

Technologie qui consiste à convertir la lumière du soleil en électricité à l’échelle atomique au moyen de cellules photovoltaïques.

Engagement d’achat ferme

Disposition contractuelle selon laquelle un acheteur s’engage à payer pour un volume précis de produit pétrolier au cours d’une période, que les livraisons soient prises ou non.

Exploitation intégrée et valorisation

Exploitation alliant extraction et valorisation, par laquelle les sables bitumineux sont extraits à ciel ouvert. Le bitume est séparé du sable et raffiné par cokéfaction ou hydrotraitement.

Exploitation minière, extraction et usine de traitement

Exploitation alliant extraction et valorisation où les sables bitumineux sont extraits à ciel ouvert. Le bitume est séparé du sable et raffiné par cokéfaction ou hydrotraitement.

Exportations nettes

Exportations réelles moins les importations d’un produit de base.

Fiabilité (électricité)

Rendement relatif de toute partie d’un réseau électrique permettant de livrer de l’électricité aux clients selon des normes acceptables et en quantités désirées quand il le faut. La fiabilité peut se mesurer par la fréquence, la durée ou l’ampleur des effets défavorables sur l’approvisionnement en électricité.

Fluides de déplacement miscibles

Liquides capables de se mélanger ensemble pour former une substance homogène.

Fluides de déplacement non miscibles

Liquides incapables de se mélanger ensemble pour former une substance homogène.

Fonds de roulement

Aux fins de la réglementation, capital utilisé par un service public pour financer ses activités courantes, en plus de l’investissement dans la Valeur des installations en service. Une provision pour le fonds de roulement est incluse dans la base tarifaire; elle comprend notamment le capital en espèces et les stocks de fournitures et approvisionnements.

Fonds franc

Terre ou terrain visé par des droits associés aux ressources en hydrocarbures appartenant aux propriétaires fonciers.

Fractionnement

Processus consistant à extraire des liquides de gaz naturel leur diverses composantes, ou fractions. Voir Colonne de fractionnement.

Fracturation hydraulique (ou hydrofracturation)

Injection de fluides sous très haute pression dans un puits et à l’intérieur d’une formation jusqu’à l’obtention de fissures permettant au pétrole et au gaz de circuler dans le puits. Parfois effectuée en plusieurs étapes (voir Fracturation hydraulique en plusieurs étapes).

Fracturation hydraulique en plusieurs étapes

Fracturation hydraulique d’une formation à plusieurs endroits dans un puits pour obtenir une longue zone de réservoir (voir Fracturation hydraulique).

Facturation nette

Programme n’offrant pas de contrat à long terme, mais permettant à l’utilisateur final de produire sa propre électricité et de vendre l’excédent au réseau électrique ou de l’utiliser pour compenser la puissance achetée.

Frais fixes

Coûts qui restent relativement constants, au moins à court terme, et ne varient pas en fonction du flux de production. Les intérêts débiteurs, l’amortissement et l’impôt foncier (voir Frais variables) en sont des exemples.

Frais variables

Coût qui varie selon le flux de production comme le coût du carburant de compresseur pour les gazoducs et le coût de l’électricité pour les oléoducs (voir Frais fixes).

Gaz à effet de serre (GES)

Gaz comme le dioxyde de carbone, le méthane ou l’oxyde d’azote qui contribue directement à l’effet de serre dans l’atmosphère. Font également partie de ce groupe des gaz produits par procédés industriels comme les hydrofluorocarbones, les perfluorocarbones et les hexafluorures de soufre.

Gaz de réservoir étanche

Gaz produit à partir de schiste riche en matière organique ou encore de grès, de silt, de calcaire ou de dolomies de faible perméabilité. Les réservoirs étanches de gaz exigent généralement que l’on combine les techniques de forage horizontal et de fracturation hydraulique en plusieurs étapes pour obtenir des taux de production rentables.

Gaz de schiste

Gaz non classique emprisonné dans le schiste, c.-à-d. une roche sédimentaire déposée à l’origine sous forme d’argile et de plancton mort, et caractérisée par une perméabilité extrêmement faible. La majorité du gaz trouvé circule librement dans l’espace poral du schiste ou est absorbé et adhère à la matière organique du schiste.

Gaz dissous (gaz associé)

Gaz naturel produit parallèlement au pétrole dans les puits de pétrole.

Gaz naturel classique

Gaz naturel récupérable à partir de puits pouvant être mis en production à des tarifs commerciaux sans utilisation à grande échelle de moyens technologiques après que le puits a été foré.

Gaz naturel commercialisable

Volume de gaz qui peut être vendu au marché après que les impuretés ont été enlevées et que les volumes servant à faire fonctionner les installations de surface ont été soustraits.

Gaz naturel liquéfié (GNL)

Gaz naturel refroidi à une température inférieure à -162 degrés Celsius (-260 degrés Fahrenheit) de manière à le condenser en liquide. Le volume de gaz est ainsi réduit de plus de 600 fois, ce qui permet un transport efficace par navire méthanier ou par camion.

Gaz naturel non classique

Gaz naturel qui peut être produit à des taux commerciaux seulement après utilisation à grande échelle de moyens technologiques. Il peut être piégé dans la matrice rocheuse, composée par exemple de charbon, de glace ou de schiste argileux, ou encore le gisement peut présenter une porosité et une perméabilité anormalement faibles. Le méthane de houille, le gaz de schiste et les hydrates de gaz en sont des exemples. À titre de comparaison, voir Gaz naturel classique.

Gestion axée sur la demande

Mesures prises par un service public qui entraînent une réduction soutenue de la demande d’énergie par la clientèle. Ces mesures peuvent réduire ou retarder les nouveaux investissements de capitaux dans des centrales, des pipelines ou d’autres infrastructures et améliorer l’efficience globale du réseau.

Hydrotraitement

Ensemble des procédés chimiques, tels que l’hydrogénation, l’hydrocraquage et le traitement par l’hydrogène, utilisés notamment pour le raffinage du pétrole. L’hydrotraitement est nécessaire pour enlever les polluants comme le soufre, l’azote et les métaux lourds des huiles du pétrole, de même que dans le procédé d’hydrocraquage catalytique, au cours duquel de grosses molécules d’hydrocarbures sont décomposées en particules plus petites pouvant servir de combustible.

Immobilisations corporelles

Éléments d’actif, tels que bâtiments, équipements et machines, qui sont achetés pour servir à exploiter une entreprise.

Injection de CO2

Processus de récupération assistée des hydrocarbures au moyen duquel le dioxyde de carbone est injecté dans des formations pétrolifères pour accroître la quantité de pétrole pouvant en être extraite.

Installation de coupes légères

Usine à gaz à proximité d’usines de champ gazier ou de gazoducs pouvant extraire le propane ou d’autres liquides de gaz naturel plus lourds (butanes et condensats) à l’aide de techniques de réfrigération.

Installation de coupes lourdes

Usine à gaz en amont d’importants réseaux de gazoducs, servant à extraire l’éthane et d’autres liquides de gaz naturel au moyen d’un turbodétendeur ou de techniques d’absorption. L’installation de coupes lourdes peut extraire plus d’éthane qu’une usine à gaz peu profond, mais moins qu’une usine de chevauchement.

Intensité énergétique

Quantité d’énergie utilisée par unité d’une activité. L’intensité énergétique est mesurée couramment de deux façons : la consommation d’énergie par habitant et la consommation d’énergie par unité du PIB.

Lignite

Type de charbon dont la teneur calorifique est inférieure à celle du charbon bitumineux ou sub-bitumineux. Aussi appelé houille brune, il est utilisé exclusivement comme combustible pour les centrales électriques alimentées à la vapeur.

Liquides de gaz naturel (LGN)

Hydrocarbures récupérés du gaz naturel ou condensés en liquides à des pressions légèrement plus élevées et des températures légèrement plus basses. Ces liquides comprennent notamment l’éthane, le propane, les butanes et les pentanes plus.

Marge de réserve

Aussi appelée « capacité de réserve », désigne la capacité disponible d’un réseau au-delà de la capacité nécessaire pour satisfaire à la demande de pointe.

Mélange non corrosif mixte

Mélange léger non corrosif de pétrole brut produit de façon classique dans l’Ouest canadien ayant une densité API d’environ 40 degrés. Le prix étant habituellement établi à Edmonton, en Alberta, il est souvent appelé brut Edmonton Par (voir Brut Edmonton Par).

Méthane de houille

Gaz naturel emprisonné dans les veines de charbon. La production de méthane de houille est considérée comme non classique parce que le gaz est absorbé à l’intérieur du charbon (le gaz est coincé sur les parois de l’espace poral et les fractures du charbon) et ne peut être détaché et circuler dans un puits que si la pression dans le réservoir est réduite.

Oléfines

Groupe de produits pétrochimiques constituant un élément clé dans la production de matières plastiques. Les oléfines sont habituellement produites dans les raffineries de pétrole brut ou par vapocraquage des LGN dans les installations pétrochimiques. L’éthylène, le propylène, le butylène et l’isobutylène sont des exemples d’oléfines.

Parité réseau

Se produit quand une source d’énergie de remplacement peut produire de l’électricité à un coût inférieur ou égal à celui des techniques traditionnelles.

Pétrole brut

Mélange d’hydrocarbures liquides dans des formations souterraines qui reste liquide à la pression et la température atmosphériques. Le pétrole brut peut renfermer de faibles quantités de soufre et de produits autres que des hydrocarbures, mais il ne contient pas de liquides obtenus par traitement du gaz naturel. Il est raffiné en divers produits pétroliers incluant l’essence, le diesel, le carburéacteur et les produits pétrochimiques utilisés dans la fabrication de nombreux produits industriels et de consommation.

Pétrole brut classique

Pétrole brut récupérable à partir de puits pouvant être mis en production à des tarifs commerciaux sans utilisation à grande échelle de moyens technologiques après que le puits a été foré, et sans qu’il soit nécessaire d’en modifier l’état visqueux naturel.

Pétrole brut léger

Généralement, pétrole brut à faible viscosité qui circule librement à la température ambiante. Il existe différents seuils pour faire la distinction entre le pétrole brut léger et le pétrole brut moyen. Terme collectif également valable pour le pétrole brut léger classique, le pétrole brut valorisé et les pentanes plus.

Pétrole brut lourd

En général, pétrole brut très visqueux dont la densité est supérieure à 900 kg/m³, ou dont la densité API est inférieure à 25.

Pétrole brut non classique

Pétrole brut dans les réservoirs géologiques qui ne peut pas être produit sans extraction, sans utilisation à grande échelle de moyens technologiques ou sans modifier la viscosité naturelle du pétrole. À titre de comparaison, voir Pétrole brut classique.

Pétrole brut synthétique

Le pétrole brut synthétique est obtenu par la valorisation du bitume brut ou par la dilution du pétrole brut lourd en un mélange plus léger (voir Valorisation).

Pétrole de réservoirs étanches

Pétrole produit à partir du schiste riche en matière organique ou encore de grès, de silt, de calcaire ou de dolomies de faible perméabilité. Les réservoirs étanches de pétrole exigent généralement que l’on combine les techniques de forage horizontal et de fracturation hydraulique en plusieurs étapes pour obtenir des taux de production rentables.

Pétrole de schiste

Pétrole non classique emprisonné dans le schiste, c.-à-d. une roche sédimentaire déposée à l’origine sous forme d’argile et de plancton mort, et caractérisée par une perméabilité extrêmement faible.

Pétrole sur place

Volume de pétrole estimatif dans un réservoir.

Pipeline bidirectionnel

Réseau de gazoducs ou d’oléoducs qui peut acheminer des produits dans les deux sens. Les pipelines bidirectionnels offrent plus de flexibilité que les pipelines unidirectionnels habituels qui acheminent les produits dans un sens seulement. Ils sont utilisés de plus en plus dans les régions où l’écoulement gazeux change rapidement.

Plateforme gravitaire

Plateforme de forage pétrolier extracôtier maintenue en place par la gravité (par opposition à une plateforme flottante). Les plateformes de forage pétrolier Hibernia et Hebron au large de Terre-Neuve-et-Labrador sont des exemples de plateforme gravitaire.

Point de base

Un centième de point de pourcentage – unité utilisée pour les taux d’intérêt ou le rendement sur le capital-actions.

Point de livraison

Point précisé dans une entente de service où un pipeline livre du gaz à un expéditeur ou pour le compte de ce dernier.

Point de réception

Point précisé dans une entente de service où le gaz est livré à un pipeline par un expéditeur ou pour le compte de ce dernier.

Politique de réduction des coûts

Politique qui réduit le coût des projets renouvelables. Ce genre de programme comprend des garanties d’emprunt gouvernementales qui réduisent les frais de financement en atténuant les risques pour le bailleur de fonds ainsi que des allégements fiscaux pour les projets renouvelables.

Politique de soutien des revenus (ressources renouvelables)

Politique visant à accroître les revenus tirés de projets ou à les rendre plus certains, souvent au moyen de contrats à long terme. Les contrats à long terme ou les accords d’achat d’énergie sont des méthodes de soutien; ils appuient la construction de la majorité des projets de mise en valeur de ressources renouvelables au Canada. Les contrats sont attribués au moyen de différents mécanismes dont les objectifs, le niveau de soutien et la conception générale varient (voir Demande de propositions, Tarif de rachat garanti, Programme d’offre permanente ou Facturation nette).

Potentiel ultime de ressources

Estimation de toutes les réserves récupérables ou commercialisables eu égard aux caractéristiques géologiques et aux progrès technologiques prévus.

Prix de valorisation

Valeur obtenue par les producteurs pour le pétrole brut et le gaz naturel, habituellement déterminée par le prix du marché moins les coûts du transport.

Prix plancher de soumission

L’offre minimale que peut faire un expéditeur pour le service de transport interruptible, le service à court terme ou d’autres services soumissionnables.

Productibilité

Volume estimatif de pétrole qu’une région peut fournir en fonction de la production passée, des déclins de chaque puits et de l’activité projetée. La production peut être inférieure à la productibilité pour diverses raisons, comme les interruptions de l’approvisionnement attribuables aux conditions météorologiques et la fermeture de puits pour des motifs économiques, l’insuffisance de la demande ou des considérations stratégiques.

Production d’électricité

Action de créer de l’énergie électrique par la transformation d’une autre source d’énergie. Aussi, quantité d’énergie produite.

Production de pétrole à titre de société exploitante

Production de pétrole brut, y compris le bitume, attribuée à la société responsable de l’exploitation du puits ou du gisement.

Production hydroélectrique

Forme d’énergie renouvelable qui permet de produire de l’électricité en utilisant la force motrice des cours d’eau. Cela inclut les grandes centrales hydroélectriques (réservoirs) et les mini centrales hydroélectriques (installations au fil de l’eau).

Production nette disponible pour l’exportation

Production nationale totale d’un produit de base disponible pour l’exportation moins la demande intérieure. Le reste correspond à la production nette disponible pour l’exportation.

Production sur le terrain

Liquides de gaz naturel produits aux usines de traitement du gaz naturel. Dans les usines de traitement du gaz naturel, les sous-produits et les impuretés sont retirés du flux de gaz naturel brut. Les sous-produits consistent principalement en LGN; les impuretés comprennent l’eau, le dioxyde de carbone et le soufre. Le gaz naturel produit par l’usine est appelé « gaz commercialisable »; il s’agit principalement de méthane.

Produit intérieur brut (PIB)

Mesure de l’activité économique d’un pays. Valeur marchande de tous les biens et services produits à l’intérieur des frontières canadiennes, normalement au cours d’une période précise (p.ex., une année).

Produit pétrolier

Large éventail de produits tirés du pétrole brut au moyen du procédé de raffinage, tels que l’essence, le diesel, le mazout de chauffage et le carburéacteur, entre autres (voir Produit pétrolier raffiné).

Produit pétrolier raffiné

Large éventail de produits tirés du pétrole brut au moyen du procédé de raffinage, tels que l’essence, le diesel, le mazout de chauffage et le carburéacteur, entre autres (voir Produit pétrolier).

Programme d’offre permanente (ressources renouvelables)

Contrats à long terme offerts avec taux fixes convenus dès le début du programme. Habituellement, les mêmes taux sont offerts pour toutes les techniques d’énergie renouvelable.

Programme de plafonnement et d’échange

Le système de plafonnement et d’échange de droits d’émission limite le niveau total de polluants précis pouvant être émis dans un territoire donné. Les quotas d’émissions sont alloués de diverses manières aux pollueurs, et ces derniers doivent détenir des droits d’émission. Un marché de droits d’émission est établi, et le prix de ces droits est déterminé par les forces du marché. L’avantage d’un tel système est que ceux qui peuvent réduire leurs émissions à un coût inférieur au prix des droits le font. Ceux pour qui il en coûte plus de réduire les émissions achètent plutôt des droits. Ainsi, la réduction des émissions se fait de manière économique.

Puits de service

Puits foré pour soutenir des activités pétrolières et gazières qui ne produit pas lui-même de pétrole ou de gaz.

Radiation

Action de retirer totalement du bilan un actif ou un passif pour des raisons autres que la conclusion d’une transaction.

Rajustement global

Voir Tarification horaire de l’électricité en Ontario.

Rapport vapeur/pétrole

Volume de vapeur requis pour produire une unité de pétrole.

Récupération assistée des hydrocarbures

Pétrole brut extrait des réservoirs une fois que les gisements sont épuisés au point où la production naturelle n’est plus économiquement possible, même avec les moyens d’ascension artificielle comme les chevalets de pompage. Cela comprend les procédés de récupération supplémentaires comme le maintien de pression, la réinjection, l’injection d’eau ou de produits chimiques, les méthodes thermiques et le recours à des fluides de déplacement, miscibles ou non.

Récupération in situ

Récupération du bitume au moyen de puits, généralement parce que le réservoir est trop profond pour permettre l’extraction à ciel ouvert. La technique in situ utilise la vapeur ou des solvants comme le propane ou le butane pour réduire la viscosité du bitume afin d’en permettre la récupération.

Région pionnière

En général, le Nord et les zones extracôtières du Canada.

Règlement négocié

Accord intervenu entre une société pétrolière, ses expéditeurs et d’autres parties intéressées sur des enjeux reliés aux besoins en revenus de la société, aux droits, au tarif et aux questions opérationnelles.

Rendement de la base tarifaire

Rendement qu’une société réglementée réalise sur la base tarifaire approuvée.

Répartition

Lorsque les expéditeurs commandent plus de pétrole ou de produits pétroliers que ce que l’oléoduc peut transporter au cours d’un mois donné, les volumes sont répartis (réduits) selon le tarif en vigueur. La répartition peut découler de plusieurs facteurs, dont la croissance de l’offre ou de la demande de pétrole et la diminution de la capacité pipelinière.

Réserves

Quantités commercialisables restantes de pétrole et de gaz naturel récupérables à partir d’accumulations connues, d’après les analyses de forage, les données géologiques, géophysiques et techniques, et l’utilisation de technologies établies, dans une conjoncture économique prévisible.

Réserves de gaz naturel

Les réserves de gaz naturel correspondent à la quantité totale de gaz commercialisable qui se trouve dans les gisements découverts et qui peut être extrait dans les conditions économiques courantes.

Réserves prouvées

Réserves recouvrables pouvant être estimées avec un degré de certitude élevé. Selon toute probabilité, les quantités restantes réelles récupérées surpasseront les réserves prouvées.

Ressources (pétrole et gaz naturel)

Volume total restant estimé de pétrole et de gaz naturel récupérables. Les ressources comprennent des accumulations dont l’extraction n’est pas économiquement envisageable compte tenu des prix actuels du pétrole et du gaz, mais qui peuvent le devenir dans l’éventualité où les prix augmenteraient. Sont également comprises les ressources non découvertes que les puits actuels peuvent avoir contournées ou qui n’ont pas encore été détectées. Les ressources peuvent aussi inclure les autres gisements de pétrole et de gaz que l’on pourrait éventuellement exploiter si la technologie future évolue.

Ressources commercialisables

Volume de pétrole ou de gaz naturel récupérable dans des conditions économiques et technologiques prévisibles et qui est prêt à être utilisé par le marché.

Ressources pétrolières classiques découvertes

Pétrole, gaz et liquides de gaz naturel dont on a déterminé l’existence dans un gisement en forant un ou plusieurs puits.

Risque d’approvisionnement

Risque commercial auquel est exposée la capacité de gain des éléments d’actif en raison de la disponibilité matérielle des approvisionnements.

Risque du marché

Risque commercial qui tient à la taille globale du marché et à la part du marché qu’une société pipelinière réussit à capter.

Risque financier

Le risque inhérent à la structure du capital d’une société. Le risque financier augmente en proportion de l’importance de la dette par rapport à l’avoir des actionnaires.

Risque lié à la réglementation

Risque auquel est exposée la capacité de gain des éléments d’actif en raison du mode de réglementation de la société.

Risque opérationnel

Risque auquel est exposée la capacité de gain des éléments d’actif en raison de facteurs techniques et opérationnels.

Sables bitumineux

Grains de sable peu consolidés existant à l’état naturel dont l’espace poral est rempli en grande partie de bitume.

Service de transport garanti

Service de transport garanti (non interruptible) permettant la livraison de gaz jusqu’à concurrence d’une quantité journalière maximale précise. L’expéditeur doit payer un droit mensuel lié à la demande sans égard aux quantités transportées et un droit lié au produit pour les volumes réellement transportés.

Service de transport interruptible

Service de transport gazier fourni seulement lorsque la capacité est disponible. Les expéditeurs paient un droit uniquement pour les quantités réellement transportées.

Société du groupe 1

En général, les sociétés du groupe 1 réglementées par l’Office ont des réseaux plus étendus et, de ce fait, sont assujetties à un plus grand degré de surveillance réglementaire que les sociétés du groupe 2.

Société du groupe 2

Les sociétés du groupe 2 réglementées par l’Office sont habituellement plus petites, ont moins d’expéditeurs et sont assujetties à un degré moindre de surveillance réglementaire puisqu’elles sont réglementées en fonction des plaintes déposées.

Stimulation cyclique par la vapeur

Procédé thermique servant à produire du bitume in situ. De la vapeur est injectée dans le réservoir au moyen d’un puits pendant une période de plusieurs mois pour diminuer la viscosité du bitume. Une fois que l’injection de vapeur a cessé, l’émulsion d’eau et de bitume reflue dans le puits au cours d’une période de plusieurs mois. Le procédé est répété tout au long de la vie économique du puits.

Sub-bitumineux

Charbon dont les propriétés se classent entre celles du lignite et celles du charbon bitumineux. Il sert surtout de combustible dans les centrales électriques alimentées à la vapeur. Son contenu calorifique est plus faible que celui du lignite (houille brune) ou du charbon bitumineux.

Tarif

Modalités et conditions selon lesquelles une société pipelinière offre ou fournit des services, y compris les droits, les règles et les règlements, ainsi que les pratiques se rapportant à des services particuliers.

Tarif de rachat garanti

Tarif prévoyant habituellement des contrats à long terme normalisés et des paiements établis d’avance par voie administrative, souvent pour une technologie en particulier. Les modalités normalisées facilitent l’admission des petits projets et des nouveaux aspirants.

Tarification du carbone

Établissement d’un prix sur le droit d’émettre l’équivalent d’une tonne de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Il y a deux types principaux de tarification du carbone : la taxe sur le carbone contenu dans les combustibles fossiles et le système de plafonnement et d’échange de droits d’émission. La tarification du carbone améliore la compétitivité relative des sources d’énergie renouvelable comparativement aux combustibles fossiles.

Tarification au compteur horaire

Établissement des prix en fonction du moment de l’utilisation. Les prix sont plus élevés pendant les périodes de pointe pour encourager les consommateurs à profiter davantage des heures de demande plus faible.

Tarification fondée sur le marché

Droits pipeliniers basés sur les conditions du marché plutôt que sur les coûts du pipeline (voir Coût du service).

Tarification horaire de l’électricité en Ontario

Les prix de l’électricité en Ontario sont fonction de deux grandes composantes : la tarification horaire et l’ajustement global. Les producteurs d’électricité dans cette province vendent leur électricité sur le marché de gros, où le tarif horaire est établi. Cependant, la majorité des producteurs sont visés par des contrats et des règlements qui leur garantissent des tarifs précis pour l’électricité qu’ils produisent. L’ajustement global représente la différence entre le tarif horaire et ces tarifs garantis. Quand le tarif horaire est inférieur aux tarifs établis par contrat ou réglementés, l’ajustement global est positif, et les producteurs reçoivent de l’argent des consommateurs. Quand le tarif horaire est plus élevé que les tarifs garantis, c’est l’inverse qui se produit : l’ajustement global est négatif et les producteurs remboursent les consommateurs.

Taux de production initial

En général, le taux de production mensuel le plus élevé pour un puits de pétrole ou de gaz, souvent vers le début de la production. Plus précisément, l’Office utilise habituellement la moyenne des trois premiers mois de production pour déterminer le taux de production initial d’un puits.

Technologie émergente

Voir Technologie émergente ou de remplacement

Technologie émergente ou de remplacement

Technologie nouvelle ou naissante utilisée comme méthode de rechange aux techniques existantes de production d’énergie. Les technologies de remplacement comprennent notamment les piles à combustible et l’épuration du charbon.

Usine de champ gazier

Usine de traitement du gaz naturel où on extrait du gaz naturel brut le méthane (gaz naturel commercialisable) et les liquides de gaz naturel, et où on enlève les impuretés, comme l’eau, le souffre et le dioxyde de carbone. Voir aussi gaz naturel commercialisable, production sur le terrain (de liquides de gaz naturel), installation de coupes lourdes et installation de coupes légères.

Usine de chevauchement

Usine de retraitement située le long d’un gazoduc ou à cheval sur celui-ci. Elle permet d’extraire des liquides de gaz naturel au passage de gaz déjà traité.

Valorisation (bitume)

Pétrole brut de qualité supérieure tiré de bitume dont le carbone a été retiré (cokéfaction) ou auquel de l’hydrogène a été ajouté.

West Texas Intermediate (WTI)

Prix du pétrole brut de référence nord-américain – pétrole léger non corrosif produit dans l’ouest du Texas et ayant une densité API de 40 degrés. Le prix est établi à Cushing, en Oklahoma; il s’agit de la catégorie livrable pour les contrats à terme de la bourse de commerce de New York.

Western Canadian Select

Mélange de pétrole brut lourd corrosif du Canada, classique et bitumeux, avec du synthétique non corrosif et des condensats, ayant une densité API d'environ 21 degrés. Le prix est fixé à Hardisty, en Alberta, et est souvent représentatif du prix du pétrole brut lourd canadien.

Zone de livraison

Région géographique à l’intérieur d’une zone tarifaire qui comprend divers points de livraison où les expéditeurs peuvent recevoir leur gaz naturel.

Date de modification :