Aperçu du marché : Mise en exploitation au Canada de la première raffinerie en plus de trois décennies, munie d’une technologie plus écologique, près d’Edmonton, en Alberta

Date de diffusion : 2018-07-04

À la fin 2017, sont sortis de la raffinerie Sturgeon [anglais seulement] de Redwater près d’Edmonton, en Alberta, les premiers barils de carburant diesel produits à partir de pétrole brut léger. La pleine exploitation commerciale devrait commencer à l’été 2018. À sa pleine capacité, la raffinerie Sturgeon traitera jusqu’à 79 000 barils par jour de bitume dilué, qui seront transformés en carburant diesel et en d’autres produits raffinésNote de bas de page 1,Note de bas de page 2.

Bien que la capacité de raffinage au Canada soit demeurée stable depuis une trentaine d’années, le nombre de raffineries, lui, a diminué, passant de 28 à 17, en comptant la raffinerie Sturgeon.

Source et description

Source : Ressources naturelles Canada

Description : Le graphique ci-dessus illustre la capacité de raffinage au Canada, selon la province, en barils par jour ou en mètres cubes par jour. Y sont présentées les raffineries d’asphalte, les autres raffineries et la raffinerie Sturgeon. C’est en Alberta que l’on trouve la plus grande capacité de raffinage, 85 901 m³/j (540 100 b/j), distribuée comme suit : 4 600 m³/j (29 100 b/j) provenant des raffineries d’asphalte, 68 900 m³/j (433 000 b/j) des autres raffineries et 12 560 m³/j (79 000 b/j) de la raffinerie Sturgeon. Suivent le Québec au deuxième rang, avec une capacité totale de 63 900 m³/j (402 000 b/j), l’Ontario au troisième rang, à 62 600 m³/j (394 500 b/j), le Nouveau Brunswick au quatrième rang, à 47 500 m³/j (298 800 b/j), et la Saskatchewan au cinquième rang, à 24 000 m³/j (151 100 b/j), dont 2 500 m³/j (15 900 b/j) qui proviennent de raffineries d’asphalte et 21 500 m³/j (135 200 b/j) d’autres raffineries. Terre-Neuve-et-Labrador occupe le sixième rang, avec une capacité totale de 18 300 m³/j (114 900 b/j), et la Colombie-Britannique ferme la marche au septième rang, à 10 600 m³/j (66 700 b/j) de capacité totale. L’Alberta et la Saskatchewan sont les seules provinces au Canada où l’on trouve des raffineries d’asphalte.

La technologie employée à la raffinerie Sturgeon la rend unique au Canada pour plusieurs raisons. En premier lieu, elle est dotée de la technologie de captage et stockage du CO², grâce à laquelle elle captera chaque année jusqu’à 1,2 million de tonnes de CO², qui seront transportées par le pipeline principal de l’Alberta pour le carbone appelé Alberta Carbon Trunk Line (ACTL).

En second lieu, la raffinerie Sturgeon produira principalement du carburant diesel à très faible teneur en soufre (50 %), du naphte et du diluant (35 %). La teneur en carburant diesel produit à la raffinerie Sturgeon sera inférieure au seuil maximum établi par le gouvernement du Canada dans sa réglementation sur le soufre dans le carburant diesel. Par ailleurs, comme la raffinerie s’approvisionnera localement en diluant, cela réduira la quantité d’énergie requise pour le transport du pétrole brut lourd et du bitume ainsi que la dépendance de l’Ouest canadien sur les importations de diluant.

En dernier lieu, la plupart des raffineries au Canada sont configurées pour traiter du bitume valorisé, qui produit davantage d’émissions et requiert plus de ressources. La raffinerie Sturgeon, quant à elle, pourra traiter du bitume dilué ultra lourd issu des sables bitumineux sans qu’il soit nécessaire de le valoriser au préalable. Et, les émissions de GES sur le cycle de vie des produits raffinés provenant de cette raffinerie pourraient être inférieures à celles des produits obtenus à partir de bitume valorisé.

Pour un complément d’information et des données sur le raffinage du pétrole brut au Canada, veuillez consulter la page Charges de pétrole brut dans le site Web de l’Office.

Date de modification :