Aperçu du marché : Niveau record des ventes de camions au Canada

Date de diffusion : 2018-09-19

Au Canada, les camionsNote de bas de page 1 se vendent maintenant plus que les voitures, les automobilistes montrant une préférence accrue pour les plus gros véhicules.

Avant 2010, les automobiles et les camions se partageaient une part plus ou moins égale du marché, soit environ 50 % chacun. Depuis, un écart s’est creusé. En décembre 2017, un niveau record de 73 % des nouveaux véhicules vendus étaient des camions. De plus, les ventes de camions ont augmenté de 8 % de 2016 à 2017, alors que les ventes d’automobiles ont diminué de 2 %. L’Ontario et le Québec sont restés en tête des ventes de nouveaux véhicules au Canada. Leurs ventes combinées de 860 000 camions représentaient 60 % des ventes totales de camions au Canada en 2017. Par ailleurs, les ventes d’automobiles ont surtout diminué en 2017, l’Ontario et la Nouvelle-Écosse étant les seules provinces qui ont enregistré des augmentations.

Source et description

Source : Statistique Canada

Description : Le graphique linéaire montre la part relative de nouvelles autos vendues par rapport aux nouveaux camions vendus. Au cours de la période 2005-2009, les ventes d’automobiles et de camions étaient presque à égalité. À partir de 2010, une préférence pour les camions a commencé à poindre. Celle-ci s’est accrue de façon constante pour atteindre son niveau le plus élevé en 2017, les ventes de camions représentant alors 73 % des ventes de nouveaux véhicules. Le graphique à deux dimensions représente les ventes totales de véhicules. On peut voir une légère tendance à la hausse, 167 000 véhicules ayant été vendus en avril 2005 comparativement à 200 000 en avril 2017.

En dépit de la préférence des consommateurs pour des véhicules plus gros et le nombre accru d’automobiles sur la route, la demande d’essence au Canada a été relativement stable au cours des dernières années. Les raisons principales sont le rendement accru du carburant dans les nouveaux véhicules et la popularité croissante du transport en commun. Les projections énergétiques à long terme de l’Office national de l’énergie montrent une diminution de la demande d’essence au cours des 20 prochaines années. Cette tendance prévue est attribuable au meilleur rendement du carburantNote de bas de page 2 dans les moteurs actionnés à l’essence et à la présence accrue sur le marché des véhicules électriques.

Date de modification :