Aperçu du marché : Le chemin de fer demeure un mode de transport important pour le pétrole brut de l’Ouest canadien

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@rec-cer.gc.ca.

Date de diffusion : 2019-12-04

Les écarts de prix entre le pétrole brut dans l’Ouest canadien (« Western Canada Select » ou « WCS ») et le pétrole américain (« West Texas Intermediate » ou « WTI ») et les exportations de pétrole brut par chemin de fer tendent à suivre une même courbe (figure 1). Puisque les producteurs de pétrole de l’Ouest canadien sont des preneurs de prix, ils doivent offrir leur pétrole à des prix concurrentiels sur les marchés vers lesquels ils exportent, comme Cushing, en Oklahoma, et la côte américaine du golfe du Mexique. Cela oblige les exportateurs à assumer les coûts de transport vers ces marchés. Comme il en coûte davantage pour transporter du pétrole brut par chemin de fer que par pipelines, les écarts de prix doivent être plus prononcés pour justifier le recours au premier et absorber les coûts plus élevés.

On a commencé à observer un changement dans cette corrélation au début de 2019, quand le gouvernement de l’Alberta a imposé des limites de production à certains producteurs de pétrole de la province. Depuis, l’écart de prix entre le WCS et le WTI est demeuré faible, mais les exportations par chemin de fer ont enregistré une hausse marquée.

Figure 1. Exportations de pétrole brut par chemin de fer et écart de prix entre le WCS et le WTI

Source et description

Source : Régie de l’énergie du Canada et Kent Group

Description : Ce diagramme à deux dimensions et linéaire montre les volumes d’exportation de pétrole brut par chemin de fer depuis le Canada et l’écart de prix entre le WCS et le WTI. En 2016, ces exportations s’élevaient en moyenne à moins de 90 000 b/j. Ce volume est passé à plus de 130 000 b/j en 2017 et plus de 230 000 b/j en 2018, avant de reculer pour s’établir à 215 000 b/j au cours des quatre premiers mois de 2019. Quant à l’écart de prix entre le WCS et le WTI, il était de 13,63 $ US/b en moyenne en 2016 et de 12,68 $US en 2017. Il s’est creusé en 2018 pour atteindre en moyenne 26,43 $ US/b 2018, puis a rétréci à 10,30 $ US/b durant les quatre premiers mois de 2019.

Au cours des deux dernières années, les sociétés ont commencé à signer des contrats à plus long terme avec les transporteurs ferroviaires, avec comme effet que les coûts de ce mode de transport ont diminuéNote de bas de page 1. Gagnant en expérience, les transporteurs ferroviaires sont aussi devenus plus efficaces pour l’acheminement du pétrole. Il s’en est suivi une chute des autres coûts et une diminution du temps nécessaire pour amener le pétrole canadien jusqu’aux marchés américains.

Depuis l’annonce par le gouvernement de l’Alberta de l’imposition de limites de production, celles-ci ont constamment été assouplies. Il a donc fallu trouver un autre mode de transport pour exporter cette production supplémentaire, les pipelines d’exportation dans l’Ouest canadien étant exploités à leur pleine capacité. Le gouvernement de l’Alberta a récemment annoncé l’assouplissement des limites de production de pétrole brut pour les producteurs qui s’engageraient à exporter leur production supplémentaire par chemin de fer. Ce changement entrera en vigueur en décembre 2019Note de bas de page 2. Le gouvernement de l’Alberta suit la production de près et les limites en place pourraient changer. Vous trouverez les plus récentes informations sur son site Web [en anglais].

Certes plus coûteux que le transport par pipelines, le transport ferroviaire offre néanmoins certains avantages, dont celui de contourner les régions où l’on connaît un manque de capacité pipelinière ou un engorgement pipelinier, comme l’Ouest canadien et des endroits de grande importance comme le Texas et l’Oklahoma. Ainsi, une partie du pétrole brut peut être acheminé vers des marchés où les prix sont plus élevés – la côte américaine du golfe du Mexique, par exemple –, où le pétrole lourd canadien est en forte demande en raison de la diminution des importations en provenance du Venezuela [en anglais] et du Mexique [en anglais].

Date de modification :