Aperçu du marché : Les grands producteurs de pétrole, plus durement touchés par les limites imposées à la production en Alberta

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@rec-cer.gc.ca.

Date de diffusion : 2019-10-30

Le gouvernement de l’Alberta a imposé une limite à la production de pétrole brut de la province à 3,56 millions de barils par jour (Mb/j) le 1er janvier 2019 [anglais seulement]. Il a pris cette mesure en réponse à l’excédent de pétrole brut produit en Alberta et disponible pour l’exportation par rapport à la capacité d’exportation disponible à la fin de 2018, qui a fait en sorte que le pétrole brut de l’Ouest canadien s’est vendu à un prix bien inférieur à celui du pétrole aux États-Unis. Cette question est analysée plus en détail dans l’avis au ministre des Ressources naturellesNote de bas de page 1 de l’Office national de l’énergie, qui a été publié au printemps 2019.

La limite imposée provisoirement à la production a été levée graduellement depuis son entrée en vigueur pour atteindre 3,79 Mb/j en octobre 2019. Elle est fixée à 3,80 Mb/j pour novembre 2019 et à 3,81 Mb/j pour décembre 2019.

Figure 1. Estimation de la production de pétrole brut canadien en Alberta

Source et description

Source : Régie de l’énergie du Canada

Description : Ce graphique illustre la production de pétrole brut en Alberta. De décembre 2018 à juin 2019, la production de bitume non valorisé a fléchi d’environ 5 %, passant de 1,92 Mb/j à 1,83 Mb/j. La production de pétrole brut synthétique a diminué d’environ 2 %, soit de 1,17 Mb/j à 1,15 Mb/j. La production de pétrole léger classique a baissé d’environ 6 %, de 392 milliers de barils par jour (kb/j) à 368 kb/j. La production de pétrole lourd classique a augmenté de quelque 2 %, passant d’environ 108 kb/j à 110 kb/j.

Une fois que les limites ont été imposées, la production de bitume non valorisé a chuté de 18 % de décembre 2018 à janvier 2019. Peu de temps après, elle a commencé à grimper de façon stable, pour remonter de 13 % de janvier à juin 2019.

La production de pétrole lourd et léger classique est restée généralement stable en dépit de la limite imposée à la production. De façon générale, la production classique n’a pas été touchée, étant donné que les 10 000 premiers barils produits par jour sont exemptés pour chaque producteur et que la plupart des petits producteurs s’en tiennent à ce type de production. Au 1er octobre 2019, cette limite de base a été haussée de 10 000 à 20 000 b/j. La production de pétrole brut synthétique est aussi demeurée relativement stable. Les grands producteurs qui disposent d’une capacité de valorisation ont, dans la mesure du possible, réduit la production de bitume non valorisé afin de maintenir la production de pétrole brut léger et synthétique, dont la valeur est habituellement plus élevée.

Les mises à jour apportées à la politique de réduction initiale, dont la hausse de la limite de base le 1er octobre, ont réduit le nombre de producteurs touchés dans la province de 29 à 16 sur plus de 300 producteursNote de bas de page 2.

Date de modification :