Aperçu du marché : Les importations de pétrole brut ont continué à diminuer en 2018

Date de diffusion : 2019-03-20

Le Canada importe environ un baril de pétrole brut pour sept barils et demi qu’il produit. Les importations de pétrole brut ont chuté de 12 % en 2018, passant de 675 milliers de barils par jourNote de bas de page 1 (« kb/j ») en 2017 à 593 kb/j. Les importations de pétrole brut du Canada continuent de provenir principalement des États-Unis. En 2018, plus de 60 % de ces importations provenaient des États-Unis, ce qui représente une hausse d’environ 6 % par rapport à 2017. En outre, la part des importations provenant de l’Arabie saoudite a augmenté, tandis que celle des importations provenant de l’Azerbaïdjan, du Royaume-Uni, de l’Algérie et du Nigeria a reculé par rapport à 2017Note de bas de page 2.

Figure 1 : Importations de pétrole brut du Canada selon le pays

Source et description

Source : Base de données sur le commerce international canadien de marchandises de Statistique Canada

Description : Ce graphique illustre les importations de pétrole brut du Canada selon le pays d’origine, de 2010 à 2018. Les importations ont décliné, passant de 675 kb/j en 2017 à 593 kb/j en 2018. La part des importations au Canada en 2018 était répartie comme suit : 64 % des États-Unis, 18 % de l’Arabie saoudite, 6 % de l’Azerbaïdjan, 3 % de la Norvège, 2 % du Nigeria, 2 % du Royaume-Uni, 2 % de l’Algérie et 3 % d’autres pays.

Les principales provinces importatrices de brut sont le Nouveau-Brunswick, le Québec, l’Ontario et Terre-Neuve-et-Labrador. La majeure partie du pétrole brut importé est acheminé aux raffineries du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve-et-Labrador par navires-citernes. Bien qu’une partie du pétrole brut importé par les raffineries du Québec arrive par navires-citernes, la majeure partie est acheminée par pipeline des États-Unis. Le pétrole importé des États-Unis peut aussi être acheminé aux raffineries du Nouveau-Brunswick et du Québec par train, mais il ne s’agit pas d’une pratique courante. En Ontario, le pétrole brut importé est acheminé aux raffineries uniquement par pipeline.

Figure 2 : Provenance des importations de pétrole brut vers les provinces de l’Est

Source et description

Source : Base de données sur le commerce international canadien de marchandises de Statistique Canada

Description : Ce graphique illustre les importations vers Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et le Québec en 2017 et en 2018, selon qu’elles proviennent des États-Unis ou d’autres pays. Les importations vers le Nouveau-Brunswick ont diminué pour passer à 231 kb/j en 2018, dont 41 kb/j provenaient des États-Unis. Celles vers le Québec ont reculé pour passer à 153 kb/j, dont 138 kb/j provenaient des États-Unis. Les importations vers Terre-Neuve-et-Labrador ont augmenté pour passer à 95 kb/j, dont 88 kb/j provenaient des États-Unis. Les importations vers l’Ontario, toutes des États-Unis, ont diminué pour passer à 48 kb/j.

Date de modification :