Aperçu du marché : Le pétrole brut canadien est exporté surtout dans deux régions des États-Unis

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@rec-cer.gc.ca.

Date de diffusion : 2019-12-11

En 2019Note de bas de page 1, le Canada a exporté 3,8 millions de barils de brut par jour. Comme la plupart des raffineries canadiennes ne sont pas en mesure de transformer les bruts lourds en grandes quantités, les trois quarts de ces exportations sont constitués de brut lourdNote de bas de page 2. La quasi-totalité du brut exporté a été acheminée aux États-Unis où les raffineries capables de le transformer sont plus nombreuses. D’après l’Energy Information Administration (EIA) des États-Unis, près de la moitié [anglais seulement] du pétrole brut importé aux États Unis provient du Canada.

Figure 1. Volumes de pétrole brut exporté par le Canada et destinations par PADD (de 2010 à 2019)

Source et description

Source : Régie de l’énergie du Canada

Description : Les barres indiquent le volume moyen de pétrole brut exporté chaque jour du Canada à chaque PADD, de 2010 à la fin de septembre 2019. La figure met en évidence les volumes d’exportation suivants : 2 millions de barils par jour (Mb/j) de toutes les exportations (à tous les PADD) en 2010, 3 Mb/j de toutes les exportations en 2015 et 3,8 Mb/j de toutes les exportations de janvier à septembre 2019.

  • Le PADD I a reçu 0,2 Mb/j des exportations de pétrole brut en 2010, 0,2 Mb/j en 2015 et 0,2 Mb/j en 2019 (jusqu’à la fin de septembre).
  • Le PADD II a reçu 1,2 Mb/j des exportations en 2010, 1,9 Mb/j en 2015 et 2,1 Mb/j en 2019.
  • Le PADD III a reçu 0,1 Mb/j des exportations en 2010, 0,4 Mb/j en 2015 et 0,8 Mb/j en 2019.
  • Le PADD IV a reçu 0,2 Mb/j des exportations en 2010, 0,3 Mb/j en 2015 et 0,3 Mb/j en 2019.
  • Le PADD V a reçu 0,2 Mb/j des exportations en 2010, 0,2 Mb/j en 2015 et 0,2 Mb/j en 2019.
  • Une faible proportion des exportations a été acheminée à d’autres destinations tous les ans, y compris des régions PADD indéterminées et ailleurs qu’aux États-Unis.

La figure 2 montre les raffineries dans les États-Unis contigus par capacité d’exploitation et par région PADD (Petroleum Administration for Defense District). Plus des trois quarts des exportations de pétrole brut du Canada sont destinés aux PADD II et III (le Midwest américain et la côte américaine du golfe du Mexique) (figure 1)Note de bas de page 3. Le PADD II compte 25 raffineries et a accès à plusieurs pipelines de transport de pétrole brut depuis le bassin sédimentaire de l’Ouest canadien (BSOC). Les exportations canadiennes dans le PADD III – qui compte 53 raffineries – malgré le manque de capacité pipelinière du BSOC.

Le PADD V reçoit surtout du brut canadien provenant de la Colombie-Britannique est acheminé à des raffineries de Washington. Le PADD I est plus éloigné de l’Ouest canadien. Son accès au brut canadien est limité, excepté par navires-citernes au large de Terre-Neuve-et-Labrador. La capacité de raffinage du PADD IV est moindre et la région est en partie approvisionnée par quelques petits pipelines qui exportent du brut depuis l’Ouest canadien.

Figure 2. Régions PADD aux États-Unis et capacité de raffinage (2019)

Source et description

Source : EIA [anglais seulement]

Description : La carte des États-Unis illustre les PADD et les raffineries comme suit (en date de janvier 2019, de gauche à droite) :

  • PADD V (côte Ouest des États-Unis) – 27 raffineries d’une capacité de transformation de 2,9 Mb/j.
  • PADD IV (Rocheuses américaines) – 16 raffineries d’une capacité de transformation de 0,7 Mb/j.
  • PADD II (Midwest américain) – 25 raffineries d’une capacité de transformation de 4,1 Mb/j.
  • PADD I (côte Est des États-Unis) – 8 raffineries d’une capacité de transformation de 1,2 Mb/j.
  • PADD III (côte américaine du golfe du Mexique) – 53 raffineries d’une capacité de transformation de 9,8 Mb/j.
Date de modification :